• Homer Saint-Gaudens

    Fils unique d’Augustus Saint-Gaudens :

    Homer Saint-GaudensHomer Shiff Saint-Gaudens (1880-1958) était le seul enfant du sculpteur Augustus Saint-Gaudens (1848-1907) et de son épouse Augusta Fischer-Homer, installés aux Etats-Unis.

     Le grand-père d’Homer, Bernard Saint-Gaudens né à Aspet en Haute-Garonne, a émigré aux Etats-Unis vers 1850,  la grande période d’exode rural des Pyrénéens vers l’Amérique du Nord et du Sud.

    Son père Augustus Saint-Gaudens devint un sculpteur très célèbre outre-Atlantique : Il a marqué son époque par ses sculptures monumentales créées à la gloire des héros de la guerre de sécession (le général Farragut, le colonel Shaw, le président  Lincoln etc.). Grâce à son influence et à ses collaborations artistiques, l’Association des Artistes Américains (A.A.A.) vit le jour et perdure encore aujourd’hui.

    Légende photo : 
    Portrait de Homer Saint-Gaudens et de sa mère par John Singer Sargent, 1890.

     

    Sa biographie :

    En tant que jeune homme, Homer Saint-Gaudens a été rédacteur en chef adjoint d'un périodique de New York, The Critic, puis rédacteur en chef du Metropolitan Magazine. Il a été metteur en scène pour Maude

    Homer Saint-Gaudens

    Le lieutenant Homer Shiff Saint-Gaudens en uniforme de l'armée américaine en 1917, alors qu'il était à la tête du corps de camouflage. (décembre 1919).

    Adams et directeur de production pour «Beyond the Horizon», «The Red Robe» et d’autres spectacles.

    Il est nommé directeur adjoint des beaux-arts au Carnegie Institute de Pittsburgh en 1921 et promu directeur l’année suivante, poste qu’il occupe jusqu’en 1950, bien qu’il ait été interrompu par un service actif dans la 1ère unité de camouflage du corps expéditionnaire américain pendant la première guerre mondiale.

    En tant qu’écrivain et conservateur de la mémoire de son père, Homer a édité et amplifié les «Réminiscences d'Augustus Saint-Gaudens» (1913). Il a écrit «The American Artist and His Times» (1941). Il a contribué à un certain nombre de périodiques, dans le Scribner, le Outlook, le Mentor et le Country Life,  y compris dans le Century Illustrated Monthly Magazine,.

    Après la disparition de son père, il s’est attaché avec sa mère, à maintenir la maison familiale de Cornish dans le New-Hampshire. Cette maison nommée « Aspet » devint un musée consacré au sculpteur, lieu très fréquenté à ce jour. Homer en fut directeur pendant de nombreuses années.

    Puis, après son décès en 1958, l’association gestionnaire fit don en 1965 du musée de Cornish aux Service des Parcs Nationaux. Ainsi, ce musée ne dépend pas de l’action et des finances d’un état, mais dépend bien de l’action et des finances des Etats-Unis.  

    Homer Saint-Gaudens

    En 1905, il épouse Carlota Dolley, étudiante à l'Académie des beaux-arts de Pennsylvanie et plus tard peintre de miniatures. Ils ont eu trois enfants: Augustus, Carlota et Harold, qui sont morts dans la petite enfance.

    En 1953, Homer, en visite à la ville de Saint-Gaudens, aurait déposé certainement à cette occasion, le médaillon à Robert-Louis Stevenson réalisé par son père et conservé au musée de Saint-Gaudens.

     

    Section de camouflage américaine lors de la première Guerre mondiale :

    Pendant la Première Guerre mondiale, Homer a servi comme chef de l’unité de camouflage (40° régiment du Génie). Dès leur entrée en guerre en 1917, les Américains envoient un officier en France pour étudier l’organisation et le fonctionnement de la section de camouflage, le matériel fabriqué et son utilisation.

    Un atelier est installé à Paris au 4, rue Girardon et un autre à Dijon, utilisant une main-d’œuvre féminine française.  Un camoufleur français assure la liaison avec la section de camouflage américaine. Deux jeunes artistes Wilford Conrow et Homer Saint-Gaudens, font des démonstrations sur la pelouse de l’Université de Washington. L’American Camouflage service est créé en France en septembre 1917 et placé sous la direction du Lieutenant-colonel Howard S. Bennions. Il utilise les compétences des peintres, sculpteurs, architectes et ingénieurs de nationalité américaine, qui reçoivent une formation de quinze jours à l’école de camouflage de Langres dirigé par Conrow. 

    La section de camouflage réalisait notamment de faux arbres morts, copie conforme des arbres près des tranchées. Ils étaient creusés à l’intérieur pour servir d’observatoires. Par une nuit bien noire, le vieil arbre était coupé et remplacé par l’arbre factice. La section s’était aussi spécialisée dans la confection de têtes de combattants. Chaque combattant dans les tranchées pouvait porter deux autres têtes, ce qui fait qu’en regardant dans leurs jumelles, les Allemands voyaient devant eux bon nombre d’Américains.

    Stratégie camouflage

    Homer Saint-Gaudens

      Chaque combattant dans les tranchées pouvait porter deux autres têtes, ce qui fait qu’en regardant
    dans leurs jumelles, les Allemands voyaient devant eux bon nombre d’Américains.

    Reconnaissances

    Homer Shiff Saint-Gaudens a été largement décoré tant pour ses services en guerre ainsi que pour ses services à l'art: il a reçu la Légion du mérite, la Bronze Star Medal  (quatrième plus haute distinction américaine pour « bravoure, héroïsme et mérite) et le Purple Heart (USA). 

    Officier de la Légion d'Honneur et Croix de Guerre (avec Palme) en France.  Commandant de l'ordre du mérite hongrois.  Chevalier de l'ordre de Léopold en Belgique. Il était également membre correspondant de la Royal Academy de Londres.

    Joël Granson