• Le 20 dollars Liberty de Saint-Gaudens

     numis_SG.jpg T_roosevelt.jpg

    Une série de 10 et 20 dollars américains, tel fut le résultat d’un dîner à la Maison-Blanche entre le président Théodore Roosevelt (1901-1909) et le célèbre sculpteur Augustus Saint-Gaudens.

             Saint-Gaudens accepta le défi et créa d’abord une pièce de 20 dollars.

     Au droit de cette pièce se dresse en pied une figure de la Liberté de face se détachant sur un soleil levant avec en arrière-plan le Capitole. Au-dessus de sa tête est inscrit le mot LIBERTY. Vêtue d’un peplos flottant, elle tient dans sa main droite une torche et dans sa main gauche une branche d’olivier. Son pied repose sur un affleurement du rocher. Le bord de la pièce est entouré de 46 étoiles à 5 branches. Dans le champ, à droite de la figure, on lit la date, en chiffres romains (MCMVII) au-dessous de laquelle se trouvent les initiales du graveur, ASG. Au revers, un aigle vole dans les rayons d’un soleil qui apparaît au bas de la pièce. A la partie supérieure, figure, en 2lignes, UNITED STATES OF AMERICA – TWENTY DOLLARS.
    14A Le 20 dollars Liberty de Saint-Gaudens  

     Vingt-deux exemplaires d’essai furent frappés en très haut relief, ce qui nécessita neuf fois l’emploi du coin; deux d’entre eux furent refondus. Deux des exemplaires restants sont conservés dans la collection de la Société Américaine de Numismatique. Le Smithonian Institution et le Theodore Roosevelt Museum en possèdent chacun un exemplaire. Plus tard, en 1907, 11 250 pièces furent frappées avec des coins de plus faible relief et furent mises en circulation. Elles portent sur la tranche les mots E PLURIBUS UNUM. Au revers, 13 rayons seulement sortent du soleil, alors qu’il y en a 14 sur les essais.

      Ces pièces connurent cinq émissions. Elles furent acceptées favorablement, mais les banquiers et les hommes d’affaires se plaignirent : elles étaient difficiles à empiler. Pour répondre à ces reproches, ainsi qu’à ceux de la Monnaie qui trouvait ces pièces d’une frappe incommode, on prépara de nouveaux coins pour des pièces de 20 dollars millésimées en chiffres arabes et dont le relief était beaucoup moins saillant. Elles furent émises vers la fin de 1907 et au cours des années suivantes.

     Le président Roosevelt considérait qu’il était blasphématoire de faire figurer le nom de Dieu sur une pièce de monnaie; aussi les premières émissions dessinées par Saint-Gaudens parurent-elles sans la devise IN GOD WE TRUST qui se trouvait sur toutes les pièces d’or de 5, 10 et 20 dollars fabriquées depuis 1866 jusqu’en 1907, sans exception. C’est le sentiment religieux engendré chez les Américains par la guerre de Sécession (1861-1865) qui guida le choix de cette devise.

     A l’époque de Théodore Roosevelt, le public, apparemment, s’était habitué à la voir figurer sur les monnaies, car les protestations affluèrent au Congrès, amenant celui-ci à décider, par la loi du 18 mai 1908, que toutes les pièces d’or et d’argent devraient la porter. Pour se conformer à la loi, Roosevelt décréta que la légende serait reprise sur les nouvelles pièces : effectivement, au cours de l’année 1908, elle fut ajoutée au revers de la pièce, au-dessus du soleil.

          Source : http://www.loretlargent.info/guides/les-pieces-dor-americaines-le-20-dollars-liberty-de-saint-gaudens/

    La pièce de 20$ or de 1933, gravée par Augustus Saint-Gaudens, reste depuis 10 ans la pièce qui a atteint le plus haut prix jamais payé pour une monnaie de collection : 7,6 millions de dollars. 


    Tags Tags : , , , , , , , ,